À la une

Cette rubrique principale contient 3 rubriques

Accord sur l’Agence européenne de garde-frontières et garde-côtes

La présidence néerlandaise et le Parlement européen sont parvenus aujourd’hui à un accord sur la création d’une agence européenne de garde-frontières et garde-côtes, dont la mission sera de renforcer la surveillance des frontières extérieures de l’UE.

Selon le ministre de l’Immigration, Klaas Dijkhoff, « nous avons grand besoin d’une agence européenne de garde-frontières et garde-côtes afin d’améliorer de façon structurelle la surveillance de nos frontières extérieures communes. Nous pourrons ainsi mieux maîtriser les flux migratoires et accroître notre sécurité. Les États membres et le Parlement européen ont déployé d’importants efforts pour arriver rapidement à un accord. Il s’agit maintenant de rendre cette agence opérationnelle dans les plus brefs délais ».

Les possibilités et les compétences de l’agence européenne de garde-frontières et garde-côtes seront plus étendues que celles de son prédécesseur, Frontex. Une réserve à déploiement rapide de 1 500 garde-frontières pourra intervenir en cas de pression accrue sur les frontières extérieures. Outre sa mission de surveillance, l’agence, qui sera dotée de son propre matériel, apportera une contribution aux opérations de retour des migrants économiques.

La mise en place de l’agence européenne de garde-frontières et garde côtes était une des priorités de la présidence néerlandaise de l’UE. En février le Conseil européen avait demandé d’accélérer le processus afin d’aboutir à un accord avant le 1er juillet. Voilà qui est fait.